L’éternité par les astres d’Auguste Blanqui, préface de Jacques Rancière

rédigé par Daniel Kunth février 1, 2016

Le nombre de corps simples dont dispose la nature est limité, or l’univers est doublement infini dans l’espace et dans le temps. Il s’ensuit que la vie ne peut qu’emprunter perpétuellement les mêmes formules et n’engendrer que des copies de ses combinaisons originales. Chacun d’entre nous serait voué à être tiré à des milliards de copies identiques sur des Terres que nous ne connaitront jamais. Dès lors il y a t-il un progrès possible ? Cette thèse et interrogation sont au centre du fascinant ouvrage d’Auguste Blanqui. L’auteur le rédigea en prison, dans l’obscurité de sa cellule, à l’écart du monde et pourtant il n’y est question que de lumière, de nébuleuses, d’étoiles et de planètes en train de naitre et renaitre.

Lire le texte

Ces sujets peuvent également vous intéresser

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.